Anorexie et boulimie

Posté par valychristineoceany le 17 février 2012

Angoisse

J’ai vécu 32 ans dans un régime anorexique, je vis depuis 20 ans dans un régime boulimique. Communisme et capitalisme, anorexie et boulimie. Deux maladies qui hantent la terre, qui hantent les êtres humains, qui hantent les élites pour atteindre leur but ; l’argent.
Dans le régime anorexique, les élites (ou nomenclatura) s’employaient à priver la population pour mieux se remplir les poches, dans le régime boulimique les élites s’emploient à gaver la population pour mieux se remplir les poches.
Si dans le régime anorexique (injonction : arrêtez de consommer!) j’avais des vertiges dus au manque, dans le régime boulimique (injonction : consommez!) j’ai des indigestions dues au gavage. Faire partie de l’élite, que ce soit anorexique ou boulimique il faut accepter les règles du jeu, drôles de règles bien sûr, impitoyables, inhumaines. Dans le régime anorexique, il fallait priver l’autre ( votre voisin, ami, collègue, inconnu,  ennemi – l’autre – qui n’est pas vous), la privation en chaîne tous domaines confondus (médical, alimentaire, littérature, confort, vêtements, enseignement, politique, scientifique, informatique, social). Dans le régime boulimique il faut gaver l’autre (votre voisin, ami, collègue, inconnu, ennemi – l’autre – qui n’est pas vous) le gavage en chaîne tous domaines confondus.

Quelques exemples ? Le vaccin imposé, les légumes – cinq par jour- ni plus ni moins, les livres que l’on a pas envie de lire mais que l’on voit la tête des auteurs par tout( on y échappe pas, ils sont tous primés, il y a aussi la boulimie des prix), le tapis que l’on a pas besoin mais le commerçant sonne à votre porte un dimanche matin pour vous le vendre, les vêtements – trois pour le prix d’un – qui gorgent l’armoire car on n’a pas eu le temps de porter ceux de l’année dernière, les soldes après les soldes (il faut attirer l’acheteur, donc on décrète des soldes toute l’année, tiens) l’ordinateur le plus performant quand on n’a pas eu le temps de découvrir tous les options du nouveau acheté il y a quelques mois, le téléphone portable complètement dépassé (comment ça, t’as pas internet sur ton téléphone ? ), des lois décrétées à la va vite lors d’un discours médiatique qui peuvent rassurer si l’on ne découvrirait pas trois mois après qu’elles n’ont jamais été fonctionnelles. La boulimie de rond-points inutiles? Des radars au nom de la sécurité ? On n’a pas d’argent ? Pas grave! La banque, la mutuelle, le complément de retraite et autres organismes proposent des emprunts pour mieux consommer. Ils ont une solution à tout, bougez pas, c’est eux qui s’en occupent.

Il y a tellement des choses qui viennent vers nous de l’extérieur, que l’on a oublié notre intérieur, notre vrai besoin, notre sensibilité, notre envie, notre choix, notre liberté, notre voix intérieure, est-ce que quelqu’un a encore la possibilité d’entendre sa voix intérieure, cette voix unique et douce nichée dans le coeur, dans l’esprit, dans le corps ?
Attendez, il y a le téléphone, je parie qu’ils me proposent de changer mon forfait ou ma cuisine ou mon salon ! Gagné !

Pour revenir, il y a de ceux qui n’ont pas de scrupule, ni pour priver l’autre, ni pour gaver l’autre. Ce que je comprends c’est que ceux qui nous gavent dans le capitalisme, peuvent très bien basculer dans le communisme et priver l’autre. L’essentiel c’est de se faire de l’argent sur le dos des autres. En les privant ou en les gavant, quelle importance du moment où ils se font de l’argent. Et si on refuse de rentrer dans le système, premier en privant l’autre, deuxième en gavant l’autre, on se retrouve seul au bord de la route.
Car dans le premier cas, si vous ne privez pas l’autre, c’est l’autre qui vous prive. Dans le deuxième cas si vous ne gavez pas l’autre, c’est l’autre qui vous gave. Il y a aussi ceux qui intègrent inconsciemment le système, ils se privent eux-mêmes ou ils se gavent eux-mêmes, selon le régime (anorexique ou boulimique).
Dans le régime anorexique, je me suis sentie seule puisque j’avais refusé de priver l’autre, dans le régime boulimique je me sens seule puisque je refuse de gaver l’autre.

En même temps, j’ai refusé d’être privée ( quoique c’était dur) et je refuse d’être gavée (c’est aussi très dur). En tout cas, je me sens très seule.

Suis-je normale ? Je suis à la recherche d’un endroit en équilibre entre la privation et le gavage, existe-t-il ?

Extrait du livre « Réflexions nocturnes » de Valy-Christine Océany

boulimie.png anorexie.jpg

Publié dans Réflexions personnelles | 4 Commentaires »

 

Folklore en Europe |
RURALIVRES |
Arcade |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | valentine63
| Le portrait de la femme en ...
| Lire, Voir, Ecouter...