J’ai peur de prendre le virage

Posté par valychristineoceany le 16 mars 2009

le vélo

Aujourd’hui il a fait beau. Très beau.

Dès le matin à l’ouverture de mes yeux sur la fenêtre, je tombe sur le soleil presque à l’écraser entre mes paupières. Nooon. Pas ça. N’écrase pas le soleil entre tes paupières, je me suis dit, il pourra mourir sur le coup. Alors, je l’ai laissé venir, éblouissant dans mes pupilles. Jusqu’au fond. Je l’ai pris avec moi et je suis partie faire du vélo, il s’est répandu gaiement sur le guidon luisant, les roues en caoutchouc noire, sur les pédales argentées, et évidement, il s’est mêlé indiscrètement dans mes cheveux auburn, sur mon blouson blanc, mon pantalon. Il est allé lécher aussi mes baskets. Je l’ai senti chaleureux. Il était de très bonne humeur le soleil aujourd’hui.
Avec tous ses efforts, il n’a pas pu me convaincre de prendre le virage. En vélo j’ai peur de prendre le virage. Dans la vie aussi. Il y a deux sorts de virages. Celui que l’on connaît, l’on sait ce qui nous attend après le virage puisqu’on l’a pris pleines fois, c’est devenu une habitude, on sait auxquels réflexes corporels on doit faire appel, notre corps répond et tout va bien, allez hop, le virage est pris sans problème.
Il y a le deuxième sort de virage. Celui que l’on ne connaît pas. J’ai peur de prendre ce virage inconnu. Noon. Je n’ai pas peur du virage, je suis très courageuse, moi. J’ai peur de ce que je vais découvrir après le virage. Là, je suis moins courageuse. Cet inconnu au visage trouble ! Pourtant je le sais. Pour avancer, je dois prendre le virage puisqu’il se montre sur mon chemin. Il est là, je le vois. Pas le premier mais le deuxième.
Le soleil était là avec moi, pourtant je n’ai pas pu le prendre. J’ai fait demi-tour. Peut-être la prochaine balade.
Tout conseil sur la façon de prendre un virage (en vélo) inconnu, tout témoignage de ceux qui ont pris le virage sans connaître la route et sans tomber (et même tomber) m’encouragerait peut-être de le prendre, avec ou sans vélo.
Aujourd’hui j’ai fait demi-tour. La prochaine fois, peut-être. J’attends un nouveau soleil.

 

 

 

6 Réponses à “J’ai peur de prendre le virage”

  1. communressac dit :

    La France est un drôle de pays
    disait mon père
    il y a plus de virages à droite
    que de virages à gauche
    plus de montées que de descentes

    Longtemps je crois je l’ai cru
    je freinais dans les descentes
    pour faire durer ce plaisir rare
    et redoutais le mystère
    des sinistres routes qui viraient minoritaires

    Maintenant mon père est mort
    et j’ai compris combien
    il se moquait doucement de moi
    alors je ralentis dans les côtes
    et évite les virages trop droits

    Ma réponse :
    Comme quoi, mieux prendre le virage.

  2. ficelle dit :

    Je crois qu’on peut prendre les virages quand on le sent au fond de soi (mais parfois il faut aller écouter très attentivement parce que ça fait pas trop de bruit…) Et puis dans certains cas, si on se trompe, on peut faire demi-tour, ou débouler sur une autre route… Ce qui compte c’est d’avancer sur son vélo (surtout ne pas s’arrêter trop longtemps pour réfléchir…)

    Ma réponse :
    Ah, ça me plaît…c’est vrai, les virages ne se manifestent pas avec bruit. Je dois entendre les freins qui grincent…;-)

  3. Pierre-Louis dit :

    Et que dire d’une bifurcation ? Un virage à droite et un virage à gauche : lequel prendre ?
    C’est comme ça dans la vie, il n’y a pas forcément un mauvais virage à prendre, il faut y aller.
    Et puis sans inconnu la vie serait sans doute moins drôle.
    Ceci dit le vélo est toujours bon pour la santé.

    Ma réponse :
    Une bifurcation ? Elle compliquerait bien la « tâche » ;-)

  4. Marie dit :

    J’aurais tendance à te dire: vas-y fonce! La vie est si courte.
    On étudie bien la situation, et on fonce. Même si on risque de se planter, c’est mieux que l’immobilisme.

    Ma réponse :
    Oui, Marie, c’est vrai que l’immobilisme c’est pire qu’une chute, après une chute on se lève, on lèche nos blessures et hop, on repart. Mais l’immobilisme c’est déjà une chute, qu’est-ce que je raconte !

  5. Quichotine dit :

    Je dirais comme tous ici, mieux vaut pendre un virage, même mal, mieux vaut prendre un gadin, ça fait mal, mais on peut toujours se relever, c’est bien rare qu’on y perde plus qu’un peu de verni aux genoux et aux coudes… ce qu’il faut c’est avancer.

    … Mais j’ai bien aimé ton texte. Le rapport au soleil est très beau. La prochaine fois, je viens avec toi !

    Bonne journée !

    Ma réponse :
    Merci Quichottine, je penserai à toi à la prochaine tournée en vélo ;-)

  6. immobilier dit :

    extraordinaire post, merci beaucoup.
    immobilier http://www.courtierimmobilier.eu

Laisser un commentaire

 

Folklore en Europe |
RURALIVRES |
Arcade |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | valentine63
| Le portrait de la femme en ...
| Lire, Voir, Ecouter...