Les livres de François Martini

Posté par valychristineoceany le 23 janvier 2009

D'un pays l'autre  »Valy-Christine Océany, qui me fait l’honneur de son amitié sur Facebook, vient de Roumanie. Son roman traite du désir d’émigration, et de la réalisation de ce rêve. Valy Christine raconte l’aventure de trois Roumaines dans un style très méticuleux, où l’on sent une approche respectueuse du français, langue étrangère, considéré comme un trésor, un peu comme chez Chahdortt Djavann.

Joli roman caché derrière sa couverture typographique trop austère.

Valy-Christine Océany. D’un pays l’autre. Demeter, Orléans, 2008″

F. Martini (Facebook)

François Martini est un écrivain en herbe, en effet plus que ça.  Il respire et inspire l’originalité comme nous autres, on respire l’air pour y vivre. 

L’originalité de François réside dans son écriture, mais aussi dans la façon de s’auto-publier. Il crée tout seul ses livres, le contenu puisque c’est lui l’écrivain, en suite, il construit la couverture, il colle les pages une par une, il écrit la quatrième couverture, il s’amuse aussi bien en écrivant qu’en reliant ses livres. Il est le tout créateur de son oeuvre. voir ici

L’écriture de François Martini est très différente de la mienne ce qui fait de nous, deux écrivains très distincts. Son style est un peu loufoque, léger et piquant, agréablement science-fiction dans un monde tout à fait réel. Donc, il aime écrire François, mais il aime aussi lire.

Voici ici  sa bibliothèque très personnelle et, une fois de plus, originale.

Publié dans Lecture | 6 Commentaires »

Une nouvelle – point de vue d’un enfant

Posté par valychristineoceany le 8 janvier 2009

miroir 

 “Un événement d’enfance

Ma mère travaillait dans une usine. Elle se levait à quatre heures chaque matin. Au réveil, elle traversait ma chambre pour aller à la cuisine, s’habiller. La maison tremblait sous ses pas, le parquet gémissait, les portes claquaient à chacune de ses allées et venues. Je tenais ma tête cachée sous la couverture et je me bouchais les oreilles. Mon cœur était rempli de rage. J’étais en colère contre la maison qui tremblait, contre le parquet qui pleurait, contre les portes qui se fermaient à grands bruits. J’étais en rage et j’aurais voulu avoir le pouvoir de tout arrêter, d’endormir les murs, le plancher, les meubles. Ma mère, je le savais parce qu’elle le disait assez souvent, travaillait dur pour quatre sous.

Ce jour-là, après son départ je ne pus me rendormir. Le silence resté derrière elle était comme une douleur. J’avais mal et honte dans la chaleur de mon lit. Je me suis levée et j’ai essayé de faire les mêmes bruits que ma mère. Je marchais à grands pas, traversant la chambre pour faire trembler la maison et faire pleurer le vieux parquet. Dans ma chemise de nuit, je me regardais dans le large miroir accroché à l’armoire. Je sautais, je sautais. Non, le parquet ne voulait pas pleurer sous mon poids. La maison ne voulait pas trembler sous mes pas. Alors j’ai couru d’une porte à l’autre, je les ai ouvertes et je les ai claquées fortement jusqu’au moment où j’ai entendu frapper à l’entrée. J’ai tendu l’oreille. J’avais réveillé la voisine.

-Qui est là ? demandai-je d’une voix faussement endormie.

-Eh ! Ça va, ma petite ? Tout va bien ? Qu’est-ce qui se passe, là, à l’intérieur ? 

-Rien, rien, je dormais.

-Ah ! Bon ? Tu es seule ?

-Oui, bien sûr, oui, tout va bien. Soyez tranquille !

Après son départ je me suis demandée : pourquoi ne venait-elle pas quand ma mère faisait tous ces bruits ? Ma voisine entendait tous les matins des bruits pareils et elle n’était pas inquiète. Ou est-ce que, elle, ma mère avait le droit de les faire et moi pas ? J’ai senti une révolte monter en moi. La révolte d’être une enfant réveillée par le tremblement de la maison, par les pleurs du parquet, par le gémissement des meubles, par le claquement des portes. 

La révolte, je l’ai regardée dans le miroir, je lui ai tiré la langue et je lui ai dit : “Quand tu seras grande, trop grande pour rester à l’intérieur, tu exploseras “.”

Publié dans Lecture | 4 Commentaires »

La multi ani – Bonne année 2009

Posté par valychristineoceany le 3 janvier 2009

images.jpeg images2.jpeg

A mes deux pays, à mes deux langues, à mes amis (es) de tout pays!

et à tous ceux qui viennent et qui partent, à ceux qui me lisent et à ceux qui ne me lisent pas, à ceux qui s’attardent et à ceux qui ne s’attardent pas, aux absents et aux présents.

La multi ani – beaucoup d’années devant vous

Sanatate – santé

Bucurii – des joies

Fericire – bonheur

 

Avec tout ça, nous allons pouvoir traverser l’année en toute gaieté.

 

Publié dans On en parle | 3 Commentaires »

 

Folklore en Europe |
RURALIVRES |
Arcade |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | valentine63
| Le portrait de la femme en ...
| Lire, Voir, Ecouter...